Claire Lavogez : « être appelée en A à 20 ans, c’est énorme...

Claire Lavogez : « être appelée en A à 20 ans, c’est énorme ! »

0
Claire Lavogez en A

Claire Lavogez sera lyonnaise l’année prochaine. Nous avons profité de la journée #LaRencontre pour lui poser quelques questions sur son parcours et sur la Coupe du Monde à venir.

Pour commencer, félicitations pour ta signature à l’OL ! Était-ce un choix réfléchi depuis un moment ou as-tu saisi une opportunité qui s’est présentée ?

Merci beaucoup ! En fait, quand je suis revenue de la Coupe du Monde U20, j’étais en contact avec Lyon avec mon agent, et on m’a proposé de venir à Lyon. Montpellier c’est bien, mais Lyon c’est autre chose. Je suis ambitieuse, j’avais envie de mieux et j’ai choisi Lyon.

Difficile de quitter une place de titulaire pour se rendre dans un club avec autant de joueuses offensives. Tu n’as pas une petite appréhension et la « peur » d’avoir moins de temps de jeu qu’à Montpellier ?

Bien sûr, je me dis que peut-être que je vais perdre ma place de titulaire par rapport à Montpellier, mais à Lyon je vais forcément progresser beaucoup plus vite. En étant aux côtés de filles comme Camille Abily, Louisa Necib, je pense que je ne peux que progresser. Je n’avais pas envie de rester dans mon confort en étant à Montpellier.

Comment situes-tu le championnat français par rapport aux championnats étrangers (comme en Allemagne, aux USA ou en Suède par exemple) ? Le manque de concurrence entre le « big four » et le reste du championnat n’est-il pas quelque fois frustrant ?

Quand je pose la question aux étrangères qui sont dans mon équipe, elles me disent qu’en France nous avons l’un des meilleurs championnats, après les USA et l’Allemagne. Moi je ne sais pas, je ne fais pas trop attention aux autres championnats. Je sais bien qu’aux USA c’est professionnel à 100%, mais en France c’est compliqué parce qu’il n’y a que 4/5 équipe qui sont vraiment au top, c’est un championnat à 2 vitesses.

Voilà maintenant quelques mois que tu es intégrée au groupe de l’EDF A, et tu fais désormais partie des 23 pour participer à la CDM. J’imagine que c’est une fierté à ton âge d’être appelée « chez les grandes » ?

C’est une grande fierté, la première fois qu’on m’a appelé pour venir ici j’étais heureuse. C’est un aboutissement, depuis que j’ai 6 ans que je fais du foot, et être appelée en A à 20 ans, c’est énorme. C’est une fierté pour ma famille et moi-même. Et je donne tout pour y rester !

Claire Lavogez

© photo – www.fff.fr

Encore une Coupe du Monde sur synthétique, quel est ton avis sur la question ?

Ça ne me change pas trop parce toute la saison je joue sur synthétique à Montpellier, comme j’ai l’habitude ça ne me dérange pas forcément.

Redoutes-tu les blessures liées au synthétique ?

Les blessures c’est un peu compliqué, mais je me dis qu’il ne faut pas trop y penser et jouer à fond.

Quelle est l’équipe que tu crains le plus à la CDM ?

Les USA et l’Allemagne. Pour moi, ce sont les 2 meilleures équipes, les équipes les plus complètes. Il y a beaucoup d’équipes qui sont bien, la Suède, le Japon, mais vraiment je pense que l’Allemagne est l’équipe la plus complète.

En ce début de stage en bleue, l’heure est à la détente ou la pression s’installe déjà ?

Pour le moment c’est détente, à part hier c’était un test physique, c’était un peu compliqué (rires). Mais c’est plus détente qu’autre chose, donc pas trop de pression pour l’instant. Mais la semaine prochaine, ça sera plus physique. On va avoir 2 jours chez nous et après on revient, et là je pense que ça va être un peu plus sérieux.

Source image : www.fff.fr

Infographiste et devenue rédactrice en football féminin pour "Wallabet" l'été dernier, Marine rejoint l'équipe de Canada2015 pour apporter sa contribution et tenter de faire connaître un peu plus le football féminin.