Divers

0

Lorsque l’on évoque le football et particulièrement la Coupe du monde, il est de coutume de parler des marques qui s’illustrent par leur présence sur les maillots et les chaussures. Quid de leur présence pour la Coupe du Monde féminine ?

0
Fatmire Alushi

Jeudi soir, le PSG et Fatmire Alushi jouait la finale de Ligue des Champions contre Francfort (défaite 2-1). Au lendemain de cette finale, l’allemande a fait une annonce surprenante : elle attend un enfant.

Elle ne participera donc pas à la Coupe du Monde du 6 juin au 5 juillet. Silvia Neid, la sélectionneuse allemande, a estimé que c’était « une grosse perte » pour son équipe, mais lui souhaite bien sur le meilleur dans sa vie de mère. Fatmire Alushi, quant à elle, se réjouit à l’idée de devenir maman et pense déjà à l’avenir : « Une nouvelle étape commence pour moi. Je me réjouis à l’idée de devenir mère. Si tout se passe comme prévu, j’aspirerai à reprendre ma carrière et à viser de nouveaux succès ».

Source image : www.psg.fr

0
Montpellier féminine

Le 6 juin prochain, 2 Montpelliéraines et une ancienne de l’équipe s’envoleront vers le Canada pour y disputer la plus prestigieuse des compétitions de football féminin : la Coupe du Monde.

Elles joueront pour la France

La Française Claire Lavogez (20 ans) disputera sa deuxième Coupe du Monde au Canada en deux ans. En effet, la future milieu de terrain de l’Olympique Lyonnais (elle quittera le MHSC à l’intersaison) avait déjà été convoquée en Equipe de France des moins de 20 ans pour le Mondial U20 l’année dernière.

Claire Lavogez

Via @ClaireLavogez14

Deux de ses coéquipières à Montpellier font partie de la liste des réservistes. Il s’agit de Viviane Asseyi et de Marina Makanza (ayant remplacé une autre Montpelliéraine, Sandie Toletti, blessé à la cheville).

Elle jouera pour le Japon

La Japonaise Rumi Utsugi (26 ans) rejoindra elle aussi sa sélection à l’occasion du Mondial. La meilleure passeuse du MHSC (six passes décisives en D1) y retrouvera par ailleurs la Lyonnaise Saki Kumagai. Les championnes du monde en titre sont les favorites de leur groupe : elles affronteront le Cameroun, l’Equateur et la Suisse (Groupe C).

Rumi Utsugi

© www.mhscfoot.com

Elle jouera pour la Suède

Enfin, la milieu de terrain Sofia Jakobsson (25 ans) retrouvera la sélection suédoise, avec qui elle affrontera les Etats-Unis, le Nigéria, et l’Australie dans le Groupe D, certainement le plus relevé de la compétition. La meilleure buteuse Montpelliéraine (20 buts en 28 matchs toutes compétitions confondues) y retrouvera la Lyonnaise Schelin, et les Parisiennes Seger et Asllani, à qui Pia Sundhage a également fait appel.

Sofia Jakobsson

Via @JakobssonSofia

0
France Pierron

France Pierron, la journaliste qui ne sort jamais sans ses hauts talons, officie du lundi au vendredi dans Menu Sport sur l’Équipe 21. Nous avons voulu connaître la relation qu’entretient la créatrice du célèbre #theshoesofzeday avec le football féminin.

Tout d’abord, France Pierron et le football féminin ça donne quoi ?

Ça me rappelle une ado garçon manqué qui était la seule fille à jouer avec les garçons de sa classe au foot pendant la récré, et qui se faisait chambrer pour ça.
En terme de pratique, ça ne va pas plus loin.

Ensuite, j’ai commencé à côtoyer le foot féminin de « haut niveau » au Toulouse Football Club, mon premier employeur, ou dans le cadre de divers reportages je suivais leurs entraînements, les matchs, leur quotidien. Vraiment pas facile le quotidien d’équipe féminine amateur, des filles qui mènent toutes une double vie.

Et puis en tant que journaliste à L’Équipe 21, j’ai vraiment découvert leur univers en Équipe de France, lors d’un stage des Bleues en 2009 à l’époque de Bruno Bini, je les avais suivi toute une journée, de l’entrainement, à la sieste, au kiné, en passant par les repas, remise de maillots et causeries du coach. Une vraie petite souris dans leur quotidien, c’était vraiment enrichissant. C’est vraiment depuis ce jour que je les ai suivies de plus près, des Jeux Olympiques au mondial, en passant par le changement de sélectionneur. J’ai reçu plusieurs joueuses et coachs en plateau, sans être une spécialiste du foot féminin, je pense maitriser à peu près le sujet.

Et surtout je suis la première à essayer de leur faire une place dans nos journaux, que ce soit les Bleues bien sur, mais aussi les clubs français et la Ligue des Champions, en tant que femme on est solidaire, et on doit combattre leur sous médiatisation !

Chez l’Équipe 21, vous traitez de toute l’actualité sportive, avez-vous prévu un dispositif spécial pour la Coupe du Monde ?

Déjà pour la Ligue des Champions, nous espérons recevoir dès demain midi les parisiennes, qu’elles soient championnes d’Europe ou non !

Ensuite nous suivons évidemment l’Équipe de France au quotidien, pour l’instant en stage, on essaie d’en montrer une image et une interview régulièrement, autour des derniers matchs amicaux notamment, mais surtout dès le début du mondial, nous y envoyons plusieurs journalistes pour suivre les bleues au plus près, et nous donner de leurs nouvelles le plus régulièrement possible (duplex, reportages, interviews, résumés de matchs)

On essaiera de les appeler en direct du Canada, en fonction de l’horaire, et de leurs disponibilités bien sur.

Vous maniez parfaitement le foot et les talons, vous pourriez être une sorte d’ambassadrice du football féminin?

Je manie bien mieux les talons que le foot ! Mais s’il y a besoin d’une mascotte en talons hauts, je suis partante.

Voilà qui devrait intéresser la Fédération Française de Football.

0
Calendrier CDM féminine 2015

Le football féminin continue son ascension en terme de développement et les canadiens mettent le paquet pour que cette compétition soit une belle réussite. Les fans de football féminin auront la possibilité de suivre la Coupe du Monde match après match. Notez les résultats et découvrez les prochaines rencontres à venir… Tout cela grâce à un calendrier complet sur papier.

Téléchargez le calendrier de la Coupe du Monde 2015

L’information a été apportée par le site Womenssoccerunited.com qui se propose de retweeter les personnes diffusant des photos de leur calendrier papier imprimé et en action. Pour ce faire, il faut mentionner le compte @WomensSoccerUtd et utiliser le hashtag #WWC2015Wallchart.

N’hésitez pas à mentionner notre compte @CDMFeminine, on se fera un plaisir de partager vos plus belles photos de supporter, également.

0
Qui sont les fans de football féminin ?

A moins d’un mois du début du mondial, nous avons voulu nous intéresser aux fans de ce football. Pour cela nous avons demandé à deux journalistes sportifs : Thomas Mekhiche et Syane Dalmat ainsi qu’à Jérémy, un supporter qui suit assidûment le football féminin, de répondre à quelques unes de nos questions.

Tout d’abord, une petite présentation s’impose :

Syanie est journaliste chez l’Équipe et footballeuse. C’est tout naturellement qu’elle s’est intéressée au football féminin de haut niveau, et a commencé à suivre le parcours des Bleues et la Divison 1 en 2007.

Syanie

Jérémy est passionné de foot depuis l’époque où David Ginola foulait encore les terrains de football. Il s’est intéressé au football féminin un peu par hasard il y a 8 ans, lorsque des matchs étaient diffusés l’après-midi sur Direct 8. Toute sa famille s’est prise de passion pour le foot féminin et notamment sa fille, fan inconditionnel de la joueuse de Juvisy, Gaëtanne Thiney.

Thomas est journaliste et chroniqueur dans l’Équipe du Matin Weekend (L’Équipe 21), Femmes de foot (Eurosport), ainsi qu’à la radio chez RMC. Il s’est intéressé au football féminin en 2011 lorsqu’il avait suivi la préparation à la Coupe du Monde à Clairefontaine. En tant que grand passionné de football, il s’est naturellement dirigé vers les féminines. Il constate qu’il une vraie professionnalisation au sein des clubs qui rend la discipline bien plus attractive.

Thomas Mekhiche

D’après vous, quel est le profil des fans de foot féminin? Y a t’il plus de supportrices que de supporteurs?

Syanie : Je crois que les supporters de foot féminin sont souvent des filles. Il y a beaucoup d’enfants aussi qui viennent au stade. Il y a des hommes également même si beaucoup sont encore réticents à l’idée d’aller voir du foot féminin.

Thomas : Pour moi, il n’y a pas de profil type, et il y a surtout autant d’hommes que de femmes. Avec Eurosport, nous avons eu l’occasion de nous déplacer sur pas mal de pelouse, événements, et c’est très mixte. Il n’y a pas de fans de foot masculin/féminin, simplement des passionnés de ballon. Et plus les filles seront médiatisées, plus l’engouement sera profond.

Jérémy : En octobre 2012, lorsque j’ai appris qu’un match de l’EDF Féminines se déroulait à Charlety, nous avons pris des billets pour France Angleterre (2-2) (nous habitons entre Paris et Orléans à la limite de l’île de France) et nous sommes aller en famille voir ce match. C’est ça le profil du public, il est familial. Il n’y a pas plus d’hommes que de femmes. Ce sont des foyers qui viennent au stade. De part l’ambiance et l’accessibilité des protagonistes et aussi par le budget des places!

Avez-vous déjà eu l’occasion d’assister à un match de D1 Féminine ou de l’équipe de France? Pouvez-vous nous décrire l’ambiance?

Thomas : J’ai assisté à de nombreuses rencontres et c’est un vrai plaisir. Avec Eurosport et Femmes 2 Foot, nous étions à Charlety pour la demi-finale retour de Ligue des Champions du PSG face à Wolfsburg. C’était énorme, beaucoup de tension sur la fin, un niveau de jeu très élevé et en termes d’émotions, nous étions tous servis !

En général, l’ambiance est très festive même si on ne va pas se mentir, il y a certains matchs ou le public n’est pas très présent.

Syanie : Les deux ambiances sont assez différentes. L’équipe de France fait systématiquement le plein quand elle joue. Pour les matches de Championnat, c’est différent. Même le choc entre l’OL et Paris ne remplit pas encore un stade. En tout cas, l’ambiance est souvent bon enfant, agréable, saine quand les filles jouent. C’est rare que les joueuses adverses se fassent siffler. Dans des clubs comme Paris et Lyon, les supporters entonnent même les chants qu’ils utilisent pour les garçons.

Jérémy : Notre second match à été la demi finale de ligue des champions entre Juvisy et Lyon. Là encore une sortie en famille à 7 ou 8 personnes. Les enfants sont toujours à la quête d’autographes. En allant voir un match masculin c’est mission impossible. Ils sont hyper déçus. Mais ce jour là, les petits ont récoltés la signature de Lara DICKENMAN. Et juste avant que nous quittions la tribune, Gaëtane THINEY s’est approchée pour donnée des signatures aux enfants. Nous étions une dizaine de personnes, et là elle a demandé avec insistance à ouvrir la tribune et nous a rejoins. Le bonheur pour les enfants. Autographes et photos avec elle qui a spontanément pris ma fille dans ses bras qui était la plus petite. Ambiance chaleureuse et familiale, proximité des acteurs. Ce sont quelques unes des qualités qui décrivent le mieux l’ambiance du Foot Féminin.

La coupe du monde commence dans moins d’un mois, pensez-vous que les Bleues ont trouvé leur public?

Jérémy : Le public augmente d’années en années grâce à la médiatisation qui progresse, mais il manque un titre majeur à cette équipe pour marquer beaucoup d’esprit et toucher une tranche supplémentaire.

Syanie : Oui je pense qu’elles l’ont trouvé. Après elles peuvent encore aller chercher des sceptiques. Pour cela il faudra faire un parcours remarquable au Canada. Ce n’est qu’aux prix d’excellents résultats sportifs qu’elles parviendront définitivement à conquérir le public.

Thomas : Les Bleues ont trouvé leur public depuis bien longtemps ! Et il ne cessera d’augmenter à mesure qu’elles seront mises en avant. Il n’y a pas 36 solutions, pour que le public soit au rendez-vous, il lui faut de la matière.

Eurosport l’a bien compris et croyez-moi, à chaque événement proposé par la chaîne, le public est au rendez-vous.

Que répondriez-vous aux détracteurs du football féminin? 

Thomas : Pas grand chose. Il y a des détracteurs partout, aussi bien chez les garçons que chez les filles. C’est un petit peu un sport national de critiquer, dénigrer… Personnellement, je n’attache pas d’importance à tout cela. Nous savons pourquoi nous sommes là, et ça marche.

Syanie : Allez voir un match, discuter avec les filles. Donnez-leur une chance de prouver qu’elles méritent l’attention et le respect. Et surtout, ne les comparez pas aux garçons, cela n’a pas de sens.

Jérémy : A ceux là, je leur demande s’ils ont déjà regardés plus d’un match et en entier. Et qu’il fasse l’effort d’aller au stade les voir dépenser leur énergie pendant 90 minutes et rester disponible après la rencontre, pour les supporteurs. (La collection de trentaine de photos dédicacées de ma fille peut en attester)

Que pensez vous de la couverture médiatique de la coupe du monde?

Syanie : Pour le moment c’est intéressant. On sent que les médias sont prêts à s’enflammer. Maintenant, comme je le disais précédemment, plus les joueuses gagneront, plus les médias seront présents. Tout dépend d’elle. Au mois de mars, j’étais à Clairefontaine pour la présentation du trophée de la Coupe du monde et il y avait un monde fou ! Les journalistes avaient répondu présents, c’est un bon signe.

Pour finir, quelle est votre joueuse préférée parmi les 23 sélectionnées par Philippe Bergeroo?

Jérémy : Mon épouse est membre bénévole pour la sécurité des vestiaires à Juvisy. Nous avons donc l’habitude de côtoyer Gaëtane Thiney, Céline Deville et Anaig Butel pour ne citer que ces 3 internationales. Nous avons aussi un contact régulier avec Laure BOULLEAU. Nous apprécions beaucoup Jessica Houara-D’hommeaux que nous rencontrons souvent à l’issue des matchs du PSG et qui est adorable avec nos filles.

Néanmoins, la numéro 1 dans notre coeur reste Gaëtane Thiney. C’est elle le coup de coeur de ma fille, c’est elle qui lui à offert son maillot de Ligue des champions. C’est aussi une femme extraordinaire dans la vie de tous les jours.

Thomas : C’est dur de faire un choix, il y a beaucoup de joueuses que j’apprécie. Je vais vous en citer deux, juste pour vous énerver. J’aime beaucoup Sabrina Delannoy et Jessica Houara d’Hommeaux. Sabrina pour sa fidélité au PSG et sa sympathie, et Jessica car c’est une battante qui ne lâche rien, elle m’impressionne.

Syanie : Je n’ai pas de joueuse préférée. En revanche, je trouve qu’on un groupe équilibré, cohérent qui est sans doute arrivé à maturité. Il faut qu’elles aient confiance et qu’elles se donnent les moyens de monter sur le podium. Elles peuvent le faire : il faut juste dépasser ses complexes face aux grandes nations choses que l’équipe de France a parfaitement fait lors des matches amicaux. Maintenant, il faudra le faire en compétition.

De très beaux témoignages qui, nous en sommes sures, vous donneront envie à vous aussi de suivre et supporter l’Équipe de France lors de la coupe du monde.

Thomas, Syanie et Jérémy, merci de nous avoir consacré un peu de votre temps.

2
Lettre ouverte à Téléfoot

A moins d’un mois de la Coupe du Monde de football féminin, les médias ne semblent toujours être intéressés. Pourtant sans eux le football féminin ne pourra connaître ce développement qui devrait lui être réservé. Nous avons donc décidé de dédier cette lettre ouvrerte à nos amis de Téléfoot

Cher Téléfoot,

Ce dimanche matin, j’étais une nouvelle fois devant mon poste de télévision. Un petit déjeuner en compagnie de Bixente Lizarazu et de Franck Leboeuf, que demande le peuple. J’étais presque excité à l’idée de regarder cette nouvelle émission de Téléfoot. Oui, je pensais bêtement que vous alliez traiter, au moins 5min, d’un sujet autour du football féminin. En tant normal, la D1Féminine ce n’est pas la peine d’y penser, il semblerait que ça soit trop has-been à vos yeux.

Mais là, quand même ! Il y avait matière à parler de football féminin. Ah vous n’étiez pas au courant ? OK, alors pour la petite histoire, le grand PSG que vous aimez tant dans vos émissions dispose aussi d’une équipe féminine. Cette même équipe qui s’est hissée en finale de la Women’s Champions League. L’équipe féminine du PSG affrontera donc les allemandes – non pas de Ribery, Roben et Nueur – mais les joueuses de Frankfurt. C’est quand même une sacrée info à diffuser, vous ne trouvez pas ?

A un moment de l’émission, j’y ai cru. Vous abordiez les Trophées UNFP de la Ligue 1. Un petit parallèle avec ces mêmes Trophées UNFP féminines n’auraient pas été de trop. D’ailleurs je viens de faire une grossière erreur, on parle bien de « Trophées UNFP en Ligue 1″ mais d’un « Trophée UNFP féminine ». Oui, chez les femmes on ne récompense que la meilleure joueuse alors qu’on va élire le meilleur espoir, le meilleur joueur, le meilleur gardien et le meilleur entraîneur de Ligue 1. Triste histoire…

Trophée UNFP féminines

Et que dire de la Coupe du Monde littéralement oubliée ! Qui s’imagine en France que les Bleues font partis des favorites de la compétition ? Une compétition qui démarre le 6 juin prochain au Canada. Et vous dans votre belle émission de Téléfoot : rien, nada, le néant. Même pas un petit rappel, un mot de soutien, rien !

A qui la faute ? Aux marques françaises pas assez investie dans ce développement du foot féminin ? Pas certain (petit article sur le sujet). Aux médias comme le votre ? C’est déjà plus crédible. Mais cette lettre ouverte n’est pas là pour débattre autour de cette question. Il y a des erreurs et des problèmes à tout niveau. Néanmoins en tant que média populaire en France et notamment auprès des jeunes, vous avez ce DEVOIR d’informer ! Montrez à tous, aux jeunes, que le football féminin peut-être populaire et que la Coupe du Monde 2015 sera une grande fête pour le football, pour les Bleues, pour la France et ça pourrait même devenir une grande fête pour les caisses de Téléfoot.

On compte sur vous Bixente, Franck et même sur vous Christian Jeanpierre, Frédéric Calenge. L’équipe de France féminine compte aussi sur vous et aura besoin de NOTRE soutien pour allez au bout !

La rédaction de Canada2015.fr : un seul objectif > #ObjectifCanada

Droit de réponse accepté et même vivement encouragé (profitez des commentaires de ce post pour donner votre avis)

0
L'histoire du football pratiqué par les femmes

On y est : un mois jour pour jour avant le début de la compétition. Une date qui nous semblait judicieuse pour faire un petit retour en arrière sur le football féminin.

Football un jour, football toujours

Télécharger notre ebook dédié à l’histoire du football féminin. Quand est-il né ? A quelle date a eu lieu le premier match en France ? Focus sur la radiation du football féminin… Toute l’histoire de ce football est à découvrir dans notre ebook.

Histoire du football féminin

– Cliquez sur l’image pour télécharger l’ebook –

Interdiction du football féminin

Vous ne le saviez peut-être pas mais le football féminin a failli s’arrêter du jour au lendemain. En 1921, la Football Association interdit le football féminin. 5 ans plus tard, Miss C.V. Richards, une joueuse anglaise décède en plein match ce qui ne fait que renforcer l’intérêt de dire stop au football féminin. Pendant le régime de Vichy, le football est même jugé « nocif pour les femmes ». Finalement, le football féminin retrouvera des couleurs après les années 1960. Sur l’année 1970, la FFF comptabilise plus de 2000 licenciées. C’est le début d’une belle histoire !

Pour en savoir plus : télécharger notre ebook sur l’histoire du football féminin !

0
Expressions liées au football

La Coupe du Monde 2015 pointe le bout de son nez. Dans un peu plus d’un mois, les joueuses et le staff de l’équipe de France seront sur place au Canada ; pays hôte qui donnera d’ailleurs le coup d’envoi de la compétition le 6 juin prochain face à la Chine. L’occasion pour les chaînes nationales de retransmettre la rencontre avec un dispositif TV de haute technologie.

Ces retransmissions TV seront surtout l’occasion pour nous français, d’être confrontés à des expressions du football bien différentes de ce que le peut rencontrer habituellement sur nos chaînes françaises.

Pour la petite anecdote, cet article a été co-rédigé avec l’aide d’un confrère canadien, Patrice Hudon qui a lui même rédigé un petit billet à ce sujet.

Le soccer canadien vs le football français

La première grande différence est évidemment le nom donné à notre sport : le soccer pour les Canadiens et le football pour les Français.

La défense / La défensive : au Québec, on parle de « la défensive » pour parler de « la défense » d’une équipe.

Fermer la boutique / Jouer la trappe : on continue sur la défense. En France, lorsqu’une équipe joue de façon très défense, on dit qu’elle « ferme la boutique ». Au canada, on emploie plutôt l’expression : « jouer la trappe »

Passe très risquée / Passe suicide : une passe risquée est une passe qui peut mettre en danger son équipe en cas d’interception adverse. De l’autre côté de l’Atlantique, on parle même de « passe suicide ».

Passe téléphonée / Passe télégraphiée : dans le même esprit, une passe téléphonée se dirait plutôt, une passe télégraphié du côté québécois. On pourrait peut-être même parler d’une « passe suicide télégraphiée« , qui sait…

Score / Pointage : Le score finale d’une rencontre est très courant en France. A l’inverse au Canada, on préfère parler du « pointage final ».

Hold-up / Vol : En France, lorsqu’une victoire n’est pas méritée, on parle souvent d’un Hold-up. Cette expression n’est pas utilisée au Canada, on lui préfère le terme de « Vol ». Ce terme est également et couramment utilisé en France.

Coup du chapeau / Tour du chapeau  : lorsqu’un joueur inscrit 3 buts dans une rencontre, on parle de « Coup du chapeau ». Au Canada, on parlera alors de « Tour du chapeau », petite nuance.

Arbitre / Officiel : L’arbitre est utilisé aussi bien en France qu’au Québec. Pour autant, les commentateurs utilisent régulièrement l’expression « d’officiel » pour le décrire.

Supporters / Partisans : Un supporter en France deviendrait un partisan au Canada.

Sponsors / Commanditaires : Les canadiens font appels à des commendataires pour améliorer les finances d’un club. Si ils utilisent le terme de sponsor, c’est qu’il s’agit surement d’un sponsor européen 😉

D’autres expressions n’ont pas trouvé de traduction québecoise. Nous avions proposé des expressions pourtant très utilisées par nos commentateurs français : Aile de pigeon, Arconada, ascenseur, attentat, bouffer la feuille, caviar, coup du sombrero, passe à dix, vendanger, renard des surfaces…

Prononciation des mots

En France, nous prononçons un « butte ». A l’inverse les québécois vont prononcer ce même mot de la façon suivante : un « bu ». Autre prononciation qui diffère, celle d’un « club ». En France on parle d’un « Kleube » alors qu’au Québec on prononce ce même mot un « Klube ».

Peut-être connaissez-vous d’autres expressions liées au football français ou européen et qui se traduisent de façon différente au Québec ? N’hésitez pas à nous les partager, nous les rajouterons avec plaisir dans cet article.

 

0
Gagner un maillot de l'équipe de France féminine

A l’occasion de la Coupe du Monde de football féminin qui se profile à l’horizon, Canada2015 voulait remercier ses fans. C’est donc avec une joie immense et complètement démesurée que nous lançons ce jeu concours. A la clé, un maillot de l’équipe de France féminine à gagner.

Le maillot est disponible ici !

Le jeu concours démarre donc ce jeudi 30 avril et se terminera le dimanche 3 mai. Le gagnant sera recontacté en privé pour que ce dernier puisse nous indiquer une taille de maillot et une adresse de livraison.

Nous avons une gagnante !

gagnante concours

Comment participer ?

C’est assez simple :

1. Suivre sur Twitter les comptes @CDMFeminine et @11FootballClub

2. Retweeter le message suivant et publié par notre compte officiel :

Le gagnant sera tiré au sort parmi tous les participants. Il faut obligatoirement respecter ces règles pour être éligible au tirage au sort.

Bonne chance à tous ! 

Suivez-nous