Margot Dumont : « La France est armée pour aller au bout »

Margot Dumont : « La France est armée pour aller au bout »

0

Journaliste sur Be In Sports, Margot Dumont répond aux questions de canada2015.fr à moins de 100 jours de la coupe du monde au Canada. 

Bonjour Margot et merci d’avoir accepté cette petite interview. Au programme, la Coupe du Monde de football féminin qui se profile en juin prochain au Canada. Tu es prête ?

C’est parti !

Parlons du Canada et de la Coupe du Monde. Cette année, l’équipe de France est-elle armée pour aller au bout ? 

J’en suis convaincue. Beaucoup de joueuses ont l’expérience des grands matchs et des grandes compétitions. Les filles se connaissent par cœur, elles jouent ensemble en équipe de France et pour la plupart en club depuis des années. Le changement de sélectionneur a également fait du bien au groupe. On arrivait en fin de cycle. Aujourd’hui, après les résultats obtenus face à l’Allemagne et les USA récemment, tout porte à croire que cette équipe peut aller loin ! (Interview réalisée avant la finale de l’Algarve cup)

S’il devait y avoir une joueuse clé côté français : qui choisirais-tu ? 

Pour moi Eugénie Le Sommer est un atout essentiel à cette équipe de France. Par son efficacité mais aussi par ses précieux déplacements. Il suffit de regarder ses stats cette saison… 26 matchs / 33 buts. Impressionnant. Mais c’est difficile de sortir une joueuse du lot. L’équipe de France s’appuie vraiment sur un collectif.

Si on parle des autres équipes, quelle est selon toi la sélection qu’il faut craindre le plus durant cette Coupe du Monde ?

Plusieurs nations sont à craindre. L’Allemagne, le Japon tenant du titre mais aussi les USA qui jouent pas loin de chez eux. La Suède est aussi une équipe à ne pas prendre à la légère… Mais s’il fallait n’en donner qu’une je dirai les Etats-Unis. Le public sera derrière elles, l’attente est énorme et je pense qu’elles sont prêtes.

D’un point de vue personnel, quelle est ta vision du football féminin actuel ? Quel avenir lui est réservé ?

Le football féminin évolue bien. A son rythme. Rien ne sert d’aller trop vite, de mettre trop de moyens trop vite. Il faut du temps pour tout. Si on regarde 10 ans, voir même 5 ans en arrière, les progrès sont déjà énormes. D’un point de vue médiatique, financier, organisationnel… L’UEFA a crée la Womens Champions League, les médias se mettent à diffuser la D1… C’est déjà une révolution. Les résultats de l’OL et de l’équipe de France ont boosté le développement de ce sport.

Le PSG prend le relais aujourd’hui et d’autres équipes commencent à suivent. Autre point important, les clubs professionnels se dotent de plus en plus de sections féminines. C’est une excellente nouvelle, ça va permettre au football féminin de se développer grâce aux moyens dont disposent de ces clubs. Et puis bientôt on aura des PSG/OM en D1. C’est parfait pour attirer le public !

Tu es actuellement journaliste chez BeIn Sport, des opérations sont-elles prévues de votre côté par rapport à cette Coupe du Monde 2015 ?

Je n’ai aucune info, nous ne sommes pas détenteurs des droits.

Margot, peux-tu nous parler un peu plus de ton parcours de journaliste ? Comment est née cette passion ?

Petite, je voulais être footballeuse. Mais à mon époque, et c’était pourtant il n’y a pas si longtemps que ça, c’était impensable ! Ca ne payait pas. Il n’y avait pas de moyens. J’adorais le foot, j’adorais l’OL car je suis née et j’ai grandi à Lyon. J’avais cette envie de partager ma passion au monde entier, alors j’ai crée un site internet non officiel qui traitait de l’actualité du club à 15 ans. J’y postais mes articles, mes interviews de joueurs et anciens joueurs… Mes comptes rendus de matchs.

A 16 ans, et sans structure, j’avais réussi à décrocher pas mal d’interviews (S. Govou, Remi Garde, Patrick Müller…). C’est comme ça que tout a commencé. Par cette volonté de partager ma passion.

A 24ans, ton CV est un exemple pour les journalistes en herbe, aurais-tu 2-3 conseils à leur donner ?

Ne jamais baisser les bras. Si tu veux tu peux. Il faut juste se donner les moyens de réussir. Il faut être à l’écoute, ne jamais se croire arrivé. Toujours se remettre en question. Le comportement n’est pas à négliger dans une rédaction. Pour le reste, il faut avoir un bon réseau, avoir l’esprit de synthèse, savoir prendre du recul, être avenant, ne pas compter ses heures ! Et aussi ne pas être trop impatient. C’est facile à dire je sais. Mais le travail paie toujours.

Pour finir, nous proposerons des pronostics avant le début de la compétition. Quels seraient tes pronostics pour les 3 premiers matchs de poule :

– – – – – – – – – –
Propos recueillis par Victor Lerat

Aucun commentaire

Laisser une réponse