Une journée à Clairefontaine : #laRencontre

Une journée à Clairefontaine : #laRencontre

0
Clairefontaine : #LaRencontre

La FFF et Nike organisaient, ce vendredi 15 mai, une journée en immersion à Clairefontaine avec les joueuses de l’équipe de France. Au menu : ateliers techniques, repas et interviews.

Le départ était donné à 9h au siège de la FFF, et les quelques journalistes présents faisaient connaissance et discutaient de la journée à venir. À savoir que les joueuses parisiennes ne participeraient pas à cette journée, puisqu’elles avaient disputé la finale de Ligue des Champions la veille à Berlin. Nous partons donc à 9h en direction de Clairefontaine, à bord du bus souvent utilisé pour véhiculer les bleues lors de matchs ou entraînements. 1h plus tard, nous arrivons à Clairefontaine, et rejoignons les autres journalistes déjà présents dans une grande salle à l’entrée du centre.

Clairefontaine

Nous découvrons des petits sacs siglés FFF, contenant nos dotations pour la matinée : un short, et t-shirt et une paire de chaussettes Nike. Chacun a une couleur de maillot différente : bleu, vert, jaune ou encore rose. On nous explique le déroulement de la journée, et nous partons en direction des vestiaires pour nous changer et commencer l’entrainement. Rendez-vous sur le terrain synthétique, pour appréhender les sensations que ce type de terrain peut donner, et ainsi mieux comprendre la préparation des bleues.

Les joueuses nous rejoignent, les salutations sont faites, et les groupes sont formés par le staff de l’Équipe de France : je suis en compagnie de Camille Abily (OL), Kadidiatou Diani (FCF Juvisy), Thomas Mekhiche (Eurosport) et Sébastien Duret (Footofeminin).

Les joueuses de l'équipe de France

Nous commençons par nous échauffer : des passes en mouvement pour découvrir le terrain. Puis Frédéric Aubert, préparateur physique des filles, nous énonce les consignes de l’exercice de coordination et d’équilibre présent devant nous, mais nous comptons sur Camille et Kadidiatou pour nous montrer la voie ! Nous nous étirons ensuite sous les ordres de Wendie Renard, capitaine de la sélection, et Frédéric Aubert nous réunit tous pour un moment dont il a le secret : la fusion des âmes.

Les choses sérieuses commencent ensuite : nous découvrons les ateliers techniques.

Centre d'entraînement de Clairefontaine

Chaque atelier est coupé en 2 : une partie à réaliser par les joueuses, et une partie plus facile pour les journalistes. Il y a 11 ateliers, et le déroulement est similaire à celui d’un « golf » : il faut réussir chaque atelier pour passer au suivant. Au minimum 3 personnes sur 5 (dont les 2 joueuses obligatoirement) doivent valider l’atelier pour avancer.

Nous commençons par l’atelier jonglage en mouvement : les joueuses doivent jongler en slalomant, et les journalistes en ligne droite. Puis nous passons à l’atelier suivant : depuis un point précis, il faut viser par une passe dans les airs une zone délimitée par des barrières. Nous avons perdu un peu de temps sur cet atelier, mais Camille était là pour nous encourager et nous motiver.

Nous sommes ensuite passés à l’atelier suivant : il consistait à réaliser un corner rentrant, et ensuite à toucher la barre transversale depuis la ligne de la surface de réparation. Un atelier de précision devant le but nous attendait ensuite : nous devions tirer dans des petites zones délimitées par des constris sur les côtés du but. Une fois cet atelier validé, nous passons au suivant : il s’agit de faire une passe qui doit s’arrêter dans une zone précise (à environ 10 m).

L’atelier suivant était un nouvel atelier de précision : nous devions tirer dans des cônes à environ 7/8 m. Puis nous sommes arrivés à un nouvel atelier jonglage : les joueuses devaient réaliser 3 « tours du monde » (jonglage pied – cuisse – tête – cuisse – pied), Thomas et Sébastien 10 jongles, et moi 5. Nous arrivons ensuite à l’avant dernier atelier : le jeu de tête. Nous devions, à la réception d’un ballon lancé par un membre du staff, placer une tête dans des zones délimitées par des constris sur les côtés du but. Et nous arrivons ensuite au dernier atelier, qui lui nous permettait de travailler le jeu de volée : nous placions notre ballon sur un cône, et ensuite nous devions frapper au but sans que le ballon ne touche le sol.

Exercice validé : et nous repartons pour un nouveau tour, et au 2ème atelier le coup de sifflet final retentit, c’était déjà fini. Un très bon moment passé avec une Camille Abily survoltée, qui n’a cessé de nous encourager. C’était très intéressant de découvrir quels types d’exercices les bleues travaillaient et dans quelles conditions c’était réalisé.

L'équipe journalistes-joueuses

Une petite photo souvenir de la journée, et c’est déjà l’heure de rentrer au vestiaire et d’aller manger.

Nous rejoignons les bleues au restaurant, et je m’installe à la table d’Élodie Thomis, Marina Makanza, Wendie Renard et Louisa Necib. Nous échangeons sur la journée, sur leur préparation et sur le stage « commando » du lendemain que les joueuses appréhendaient un peu, mais plutôt sur le ton de la rigolade ! Je réalise ensuite les interviews d’Élodie Thomis et de Claire Lavogez, puis vient l’heure de rejoindre le but pour rentrer sur Paris.

Sur le chemin du retour, quelques photos s’imposent :

Clairefontaine : centre d'entraînement

Statut Coupe du Monde

Un grand merci à la FFF et à Nike de nous avoir permis de vivre cette journée, et de partager un peu du quotidien des bleues, avant cette magnifique compétition qu’est la Coupe du Monde. Un moment de bonheur avec des joueuses d’une simplicité chaque fois surprenante, qui méritent d’être un peu plus mises en lumière.

Infographiste et devenue rédactrice en football féminin pour "Wallabet" l'été dernier, Marine rejoint l'équipe de Canada2015 pour apporter sa contribution et tenter de faire connaître un peu plus le football féminin.

Aucun commentaire

Laisser une réponse